Revivre comme avant ?

Revivre comme avant ?
Pendant 55 jours, nous l’avons attendu : le déconfinement a commencé. Un nouveau mot qu’il faut apprivoiser comme beau-coup d’autres choses dans cette période qui ne cesse d’être particulière.
Pendant 55 jours, nous avons redécouvert notre foi et comment la vivre. Le confinement remettait tout en question : pas de chemin de croix, pas de messe, pas de journée du pardon, pas de vigile pascale… pas de réunions, de Marche de Pâques, de séance de caté. Tout ce que nous avions prévu de faire, tout ce que nous avons l’habitude de faire et de refaire, d’année en année, était soudain annulé.
Il a fallu revenir au coeur de notre mission. Discerner ce qui était vraiment important pour pouvoir, ensuite, inventer d’autres propositions, d’autres manières de faire.
Tout le monde n’a pas vécu le même confinement. Il y avait celui des personnes seules et celui des familles qui jonglaient entre télétravail et école à la maison. Celui des personnes malades, celui des deuils faits sans pouvoir se réunir pour se prendre dans les bras. Et aussi celui de tous ceux, actifs, qui sortaient chaque jour pour rendre des services qu’on découvrait essentiels: les soignants, et tous les autres.
Le confinement a ainsi été l’occasion d’une extraordinaire prise de recul. De tisser de nouveaux partages, de nouvelles solidari-tés.
Alors, nous avons tous envie de laisser derrière nous cette épidémie mais on sait qu’on ne pourra pas tout de suite revivre comme avant, puisqu’il faut « apprendre à vivre avec le virus ». Mais plus profondément, est-ce que nous voulons revivre com-me avant ?
Nous sommes appelés à imaginer l’église de demain, et à partager nos propositions sur le site du diocèse (avant le 2 juin) : https://valence.cef.fr/actualites/imaginer-leglise-de-demain/
Sans doute, nous sommes aussi appelés à imaginer le monde de demain, qui garderait les enseignements de cette période de prise de recul. Individuellement et collectivement. Sortir de nos routines pour revenir au sens et pour donner du sens. Nous savons que l’Esprit nous permettra d’aller un peu plus loin que ce que nous le pensions…
Anne Doutriaux