Homélie du 25ème dimanche du temps ordinaire, rentrée paroissiale, année C

Am 8, 4-7
Ps 112 (113), 1-2, 5-6, 7-8
1 Tm 2, 1-8
Lc 16, 1-13

« Le chrétien et l’argent ». C’est le titre ou le résumé que je donnerai à cette parabole de l’intendant  malhonnête, racontée par le Christ Lui-même. N’est-elle pas une contradiction avec le thème de l’année que nous nous sommes fixés : « Le bonheur d’être ensemble » pour  « suivre le Christ au service de tous ».

Nous suivons tous quelque chose : nos amis, la culture populaire, notre famille, nos désirs égoïstes ou Dieu. Nous ne pouvons suivre qu’une seule chose à la fois. Suivre le Christ veut dire lui donner toute la place dans notre vie, ne rien suivre d’autre que Lui : « Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » Il n’y a pas de demi-disciple.

« L’affaire qui prime toutes les autres est celle de notre éternelle destinée », voilà la leçon qui se dégage de cette parabole. Nous devons concentrer sur elle toutes les énergies du corps et de l’esprit.

Parmi les moyens à mettre en œuvre, Jésus nous en indique un excellent : « Partager nos richesses avec les pauvres ». Pas de placement plus lucratif.

« Faites-vous des amis avec l’Argent trompeur ». En s’appuyant sur cette parole de Jésus, nous serons prêts à dire : « Tout argent est malhonnête ; tout argent doit nous brûler les doigts ».

Jésus ne loue pas l’escroquerie. Il nous appelle à la créativité : se faire des amis. C’est un appel à entrer en relations nouvelles, à aller vers l’autre, à parler avec lui, à passer du temps avec lui, à le recevoir, à se laisser déplacer par l’autre…

C’est la grâce que nous demandons au Seigneur pour cette nouvelle année pastorale : « Le bonheur d’être ensemble » pour  « suivre le Christ au service de tous ». « Un bon accueil vaut mieux qu’un bon dîner », dit un proverbe burkinabè.

Je suis très convaincu que cela peut être vécu dans notre paroisse avec notre voisin, dans les repas 4×4, les groupes de vie et de foi,  de prière du Rosaire, la Légion de Marie, le groupe de prière des mères, les partages d’Évangile, les groupes bibliques…

Une paroisse est d’abord une communauté d’hommes et de femmes où chacun a sa place à prendre et un rôle à jouer : « Que chacun, selon son âge et son charisme, enfants d’un même Père, se sente accueilli dans la paroisse Saint Martin de la Plaine de Valence et appelé à vivre joyeusement la fraternité, l’accueil, la solidarité et le témoignage »

Pour fonctionner, une paroisse a ainsi besoin de multiples acteurs.

Tout baptisé peut mettre au service des autres ses propres talents, sa créativité, sa sagesse, son expérience pour annoncer  le don le plus beau et le plus grand que le Seigneur nous a fait : sa Vie et son Amour.

« Dans ce monde, dans notre paroisse, famille des familles, personne n’est inutile s’il allège le fardeau des autres », proverbe burkinabè.

Un chantier qui est toujours à entreprendre et à continuer c’est celui du lien et de la convivialité entre nous. Soyons donc réalistes, enthousiastes et pleins d’espérance. Toute mission paroissiale dépend de la participation de tous ses membres et repose sur la prière.

La rentrée est un moment clé pour tisser des liens entre paroissiens et accueillir les nouveaux. « L’homme jeune marche plus vite que l’ancien, mais l’ancien connaît la route », dit un proverbe burkinabè.

Proximité, c’est le mot que je choisis pour vous souhaiter à toutes et à tous une bonne nouvelle année pastorale 2019-2020 : année de PROXIMITÉ .

Osons mettre cette année nouvelle sous le signe de la Proximité ! Puissions-nous nous faire proche de toute personne, quelle qu’elle soit : en faire notre « Prochain », tel que le Christ nous recommande de nous aimer.

Nous sommes sur la paroisse pour nous aider les uns les autres à porter la mission paroissiale et le poids de la vie. Faisons route ensemble, chacun à notre rythme, avec l’assurance que le Christ, le Bon Pasteur, nous accompagne, chemine à nos côtés et bénit nos entreprises.

Je nous souhaite, à tous ensemble, d’être créateurs de liens, de favoriser la proximité par une joyeuse espérance. « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

Père Mathias Doamba