Homélie 17ème dimanche du temps ordinaire, année C

Gn 18, 20-32
Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 6-7ab, 7c-8
Col 2, 12-14
Lc 11, 1-13

Qu’est-ce que la prière ? La prière, c’est essentiellement un dialogue avec Dieu. C’est lire la Parole de Dieu, l’écouter, la méditer.

Il y a différents types de prière. Le livre de la Genèse nous  montre un exemple de  prière  de demande ou d’intercession. Nous y assistons au dialogue entre Abraham et Dieu.

            Dieu se disposait à châtier la ville corrompue de Sodome. Abraham intercède pour elle auprès de Dieu : « Vas-tu vraiment faire punir les justes avec les coupables ? ». Il  insiste auprès de Dieu en toute confiance et simplicité pour arracher Sodome à la justice divine.

            Quelle audace ! Alors que ses contemporains se tiennent à une distance respectueuse de la divinité, Abraham, lui, le « père des croyants » ose discuter avec son Dieu !

            C’est la première fois que l’on ose imaginer qu’un homme puisse intervenir dans les projets de Dieu : « SEIGNEUR, si tu trouvais seulement cinquante justes dans cette ville, tu ne la détruirais pas quand même ? Sinon, que dirait-on de toi ? Et si tu n’en trouvais que quarante-cinq, que quarante, que trente, que vingt, que dix ?… »

Abraham demande à Dieu d’épargner tous les habitants de Sodome et de pardonner aux pécheurs convertis. Il serait scandalisé que des justes soient punis en même temps que les pécheurs et à cause d’eux.
            C’est formidable. Dieu accepte que l’homme se pose en interlocuteur. Pas un instant, Il ne semble s’impatienter. Au contraire, Dieu répond à chaque fois ce qu’Abraham attendait de lui.    

            Voilà une belle prière d’intercession ou de demande. Abraham est notre modèle. C’est un devoir pour nous de prier les uns pour les autres, pour l’Eglise, les malades, pour la justice et la paix. C’est aussi un devoir de rendre grâce au Seigneur pour ses bienfaits.

Dans l’Evangile, un des disciples, parlant  au nom de tous, demande à Jésus : « apprends-nous à prier ».  Il a envie de prier comme son Maître.

« Plus qu’une obligation, la prière est d’abord la grâce de ceux qui veulent respirer à l’intérieur d’eux-mêmes en présence de Dieu. »

« Quand vous priez, dites : « Notre Père ». Le « Notre Père » est la prière centrale dans la vie du chrétien. C’est la prière de tous les chrétiens. A chaque fois que nous la disons, nous reconnaissons que nous sommes les enfants bien-aimés de Dieu, les frères et sœurs de Jésus.

            « Cette prière est à elle seule une confession de foi, une action de grâce, une prière d’adoration, un acte d’obéissance, l’expression d’une confiance filiale, une prière de supplication, un engagement à imiter le Christ et à collaborer à l’œuvre que le Père lui a confiée« , nous dit Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne

            Le « Notre Père » est donc la prière « plurielle » par excellence. Nous ne disons pas « Mon Père », mais « Notre Père ». « Dieu est mon Père, certes, mais pas indépendamment de tous mes frères et sœurs chrétiens. »

Nous sommes solidaires les uns des autres. Nous ne pouvons pas vouloir seulement notre salut personnel, sans avoir le désir de celui des autres.

C’est pourquoi, la prière chrétienne, même quand elle est dite dans le secret du cœur, s’adresse toujours à « Notre Père », et non pas à « mon Père ».

            Jésus nous enseigne comment il convient de prier, quelles doivent être nos intentions de prière, et dans quel esprit il faut les adresser à Dieu pour qu’elles soient exaucées.

La prière entretient, fortifie et féconde notre relation avec Dieu et avec nos frères et sœurs. Elle met Dieu au centre de nos vies, nous rend présents à Dieu. Elle nous ouvre aux autres, au projet du Royaume d’Amour de Dieu et elle nous aide à définir notre identité spirituelle.

            La prière avive en nous les trois vertus théologales de foi, d’espérance et de charité, qui nous font vivre une vraie vie d’enfants de Dieu, et frères et sœurs de Jésus. Reconnaître Dieu comme notre Père c’est ce à quoi « nous entraîne » Jésus.

La prière est communion avec Dieu, avec son amour, son Esprit, sa volonté. La prière du « Notre Père » nous filialise.

N’hésitons pas, à l’exemple d’Abraham, à demander à Dieu Notre Père, le pain qui représente tout ce dont nous avons bien besoin, son pardon pour pouvoir le donner, le partager aux autres, à notre tour. Amen

 

Père Mathias Doamba