Homélie Sainte Trinité, année c

(Pr 8, 22-31)
(Ps 8, 4-5, 6-7, 8-9)
(Rm 5, 1-5)
(Jn 16, 12-15)

Après Pâques, l’Ascension du Seigneur, la Pentecôte, nous fêtons aujourd’hui la Sainte Trinité.

Dans Ancien Testament, les prophètes ont  parlé et présenté pendant des siècles un Dieu unique, Créateur et Maître de l’Univers.

Certes l’Ecriture y parle d’Esprit, de Parole et de Sagesse de Dieu. Il ne faut donc pas chercher dans l’Ancien Testament d’affirmation claire du mystère  trinitaire.

C’est Jésus lui-même qui, au cours de sa vie publique, nous a révélé l’existence de la Trinité, la merveille de l’intimité de Dieu-en-trois-personnes, en nous dévoilant sa relation au Père et à l’Esprit Saint : ce Grand Dieu de la Bible est à la fois « un et trine » : Dieu unique, c’est vrai, mais en trois personnes : le Père, le Fils et le Saint Esprit. Il nous invite à y entrer par la foi.

« Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous. ». C’est la salutation que le prêtre adresse à l’assemblée au début de la liturgie eucharistique.

Cette prière illustre bien la manière dont les premiers chrétiens ont saisi l’importance du mystère de la Sainte Trinité, comme le cœur du message du Christ et l’accomplissement de la révélation biblique.

Dès les premiers temps de l’Église, et encore aujourd’hui, selon les recommandations du Seigneur, c’est donc « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » que l’on baptisera les bébés, les adolescents et les adultes.

Faire le signe de Croix n’est pas un geste banal. C’est reconnaître et confesser que nous sommes chrétiens, disciples-missionnaires du Christ Jésus, tous enfants d’un même et unique Père, Dieu, tous frères et sœurs de Jésus, le Fils bien-aimé,… tous Temples de l’Esprit Saint, des Tabernacles ambulants.

Chaque dimanche, premier jour de la Résurrection du Seigneur, les chrétiens professent ainsi leur foi :

« Je crois en un seul Dieu, le Père…Créateur du ciel et de la terre », … « Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles…« Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ».

Cette profession de foi en un Dieu unique Père, Fils et Esprit, est la spécificité absolue de notre foi chrétienne par rapport à toute autre religion. Dieu : nom commun à toutes les religions. Aucune des religions, sauf le christianisme, n’a osé aller jusqu’à reconnaitre un Dieu personnel c’est-à-dire un Dieu qui se définit dans sa relation : Dieu est Amour et tout est dit. Dieu est communion d’amour.

1+1+1=1. Désolé mais Dieu a horreur de nos calculs. Notre époque est régie par la logique calculatoire. Tout se compte.

Le mystère de la Trinité n’est pas un problème de mathématique dont il faudrait chercher la solution ou un programme informatique avec son code secret à décrypter.

Ce n’est pas la puissance de nos instruments de calcul qui nous permettra d’en dire quelque chose de vrai.

Dieu n’est pas une énigme à résoudre, une équation à solutionner, un secret réservé à certains initiés. On ne fait pas le tour de la question de Dieu mais on y entre, ou on n’y entre pas.

Le mystère trinitaire, d’un Dieu unique en trois personnes est la vérité de foi, le repère dogmatique qui nous permet d’interpréter notre vécu de manière juste et de comprendre la profondeur de l’histoire humaine.

Le Pape François, dans son exhortation apostolique « La joie de l’amour » (Amoris laetitia), donne une définition de la Sainte Trinité faisant un lien avec la famille humaine :

« Le Dieu Trinité est communion d’amour, et la famille est son reflet vivant. (…) Notre Dieu, dans son mystère le plus intime, n’est pas une solitude, mais une famille, puisqu’il porte en lui-même la paternité, la filiation et l’essence de la famille qu’est l’amour. Cet amour, dans la famille divine, est l’Esprit-Saint. La famille, en effet, n’est pas étrangère à l’essence divine même. » (AL 11)

La famille est le reflet du Dieu Trinité. Plus je contemple l’amour qui unit le Père et le Fils, mieux je comprends la qualité de relation qui doit exister entre conjoints et entre parents et enfants.

Plus j’approfondis le mystère de la communion divine faite d’unité et de distinctions plus je pressens que la vie de famille est faite d’une juste autonomie des personnes et en même temps d’une nécessaire interdépendance.

En Dieu, chaque Personne est distincte et unique et en même temps partage une seule nature divine dans une pleine communion d’amour.

En célébrant la fête de la Sainte Trinité, en bénissant Dieu pour cet échange d’amour dont nous sommes issus et dont nous sommes bénéficiaires, nous rendons gloire d’avoir la chance d’être choisis pour participer à cette alliance et pour devenir à la fois témoins et prophètes de la communion que Dieu veut réaliser entre tous les hommes quand il les aura rassemblés dans le Christ.

 

Père Mathias Doamba