Homélie 7ème dimanche de Pâques, année C

(Ac 7, 55-60)
(Ps 96 (97), 1-2b, 6.7c, 9)
(Ap 22, 12-14.16-17.20)
(Jn 17, 20-26)

Ce chapitre de l’Evangile selon Saint Jean, que nous venons de lire, est le seul passage du nouveau Testament qui nous rapporte une prière aussi longue adressée par Jésus à son Père, avant sa Passion.

Jésus prie son Père en faveur de ses disciples d’abord, puis en faveur de ceux qui croiront en Lui grâce à la prédication de ses disciples. L’un des points centraux de cette prière, c’est la demande de l’unité.

«Que tous soient un ». Ce n’est pas un ordre à exécuter, du genre « je ne veux voir qu’une seule tête », ni un souhait à prendre au sérieux, comme « Allez, soyez sympas, unissez-vous ».

Cette unité ne veut pas dire uniformité, ni marcher au pas, mais faire route ensemble : « Seul, on marche vite, à plusieurs on va plus loin ». C’est une grâce, un don gratuit que de pouvoir être un dans le Père et le Fils.

Cette unité n’est pas à la portée de la volonté et de l’habileté humaines laissées à leurs seules possibilités. Elle est donc une grâce à demander.

Ce qui ne nous dispense pas, mais plutôt nous presse de travailler à l’unité et de faire le maximum pour la vivre, entre individus, entre peuples, entre Eglises, entre familles.

Dans l’histoire de l’Église, que de ruptures, que de scissions et de divisions dans les communautés chrétiennes !

La prière du Seigneur nous apprend à renverser la perspective : quelle merveilleuse surprise de découvrir des oasis d’unité, des communautés réconciliées dans le Père et le Fils, des disciples qui remontent la pente des cassures pour refaire, avec l’aide de Dieu, cette unité de l’Église pour laquelle le Seigneur à prié avant d’affronter sa mort.

La dispersion provoque l’affaiblissement. Si l’on veut pouvoir mener des actions fortes dans notre paroisse, « famille des familles », si l’on veut pouvoir faire progresser un certain nombre d’idées et de projets, il faut se réunir.

Nous savons très bien que lorsque chacun va de son côté, avec ses idées et ses moyens, on est beaucoup moins fort que si l’on agit tous ensemble.,.

Jésus veut que nous soyons plus efficaces, que nous donnions un meilleur signe de l’amour qui nous unit. Il veut surtout que nous participions par notre manière de vivre à la communion qui existe entre le Père et le Fils.

S’il prie pour que nous soyons unis, c’est pour que nous soyons réellement capables d’entrer en communion avec Lui comme il est en communion avec son Père.

« Qu’ils soient un comme nous ; qu’ils aient en eux l’amour dont toi Père tu m’as aimé.» l’unité se fait sur l’amour. Elle est vécue sur l’Amour.

L’unité de Jésus n’est pas dans l’extérieur, dans l’apparence, elle est dans le cœur ! Elle est le résultat de cette force intérieure qui nous fait aimer le prochain qui pense différemment de moi, qui vit différemment de moi.

L’unité est fruit de l’Amour !
Dans notre paroisse, « famille des familles », soyons attentifs à tous les signes de fraternité et de bonté. Protégeons-nous contre les tentations de rompre l’amour fraternel, la charité fraternelle.

« Qu’ils soient un comme nous-mêmes ! » Ce message de l’évangile ne peut être transmis que par des croyants unis par les liens de l’amour, de la fraternité.

Nos divisions à l’intérieur de nos communautés paroissiales, nos familles, nos villages et nos quartiers, toutes ces rivalités et ces rancunes sont un contre témoignage pour l’Eglise. Toutes ces paroles méchantes qui détruisent l’autre sont un obstacle à l’annonce de la Bonne Nouvelle.

Nous vivons dans un monde qui nous regarde vivre et qui ne pardonne pas les scandales dans l’Eglise. C’est à travers nos gestes d’amour, de partage et de solidarité que nous serons reconnus comme chrétiens, disciples du Christ. C’est cela qui fait la valeur d’une vie.

Prions pour la réconciliation des peuples, la progression de la justice et la résolution des conflits. Que le Seigneur ravive en nous le sens de la communion avec le Fils, qui nous fait entrer en communion avec le Père.

L’Eglise célèbre aujourd’hui la 53ème journée mondiale des communications sociales. Prions et encourageons l’équipe de la communication de la notre paroisse. Elle nous ouvre le chemin de l’unité, au dialogue, de la concertation et de l’information. Que Dieu bénisse tous leurs efforts.

 

Père Mathias Doamba