Homélie, Ascension du Seigneur, année C

(Ac 1, 1-11)
(Ps 46 (47), 2-3, 6-7, 8-9)
(He 9, 24-28 ; 10, 19-23)
(Lc 24, 46-53)

Aujourd’hui, nous célébrons la glorieuse Ascension de Jésus au Ciel, le triomphe du Christ entrant dans la gloire de Dieu. Que signifie l’Ascension en ce  moment où l’humanité mobilise des moyens gigantesques pour aller marcher sur la lune ou se promener autour de Mars ?

Parler aujourd’hui de l’Ascension, certaines personnes, et même des chrétiens, ne pensent qu’au pont de l’Ascension. En effet la liturgie a bloqué l’Ascension, en plein milieu de la semaine, un jeudi pour les pays de tradition chrétienne, dont la France. Ce qui produit pour les travailleurs un splendide « pont de l’Ascension », propice aux voyages et aux déplacements.

Pour l’Eglise, l’Ascension est tout autre. Le Christ ressuscité est enlevé aux yeux de chair de ses apôtres. Il s’est élevé. Les personnes ne peuvent plus le voir avec leurs yeux de chair, mais avec les yeux de la foi.

Ce mystère de Dieu ne s’explique pas, il ne peut que se contempler.  L’Ascension est donc un acte de Dieu : « le Père ramène auprès de Lui son Fils qu’il a envoyé vers nous ».

L’Evangile nous parle de la joie des disciples : « Ils se prosternèrent devant Lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie ».

Ils ont très bien compris le sens de l’évènement qu’ils viennent de vivre, sans quoi ils seraient tristes d’avoir perdu leur Maître et Seigneur.

Ils sont dans la joie pour Jésus qui, sous leurs yeux, passe d’une humanité de faiblesse, c’est-à-dire de chair, à une humanité de plénitude d’amour.

Ils sont dans la joie aussi pour eux, car ils ont compris que, au matin de Pâques, Jésus a inauguré un nouveau mode de présence avec eux. Même quand ils ne le voient plus, il n’est pas parti, il n’est pas ailleurs : « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Jésus reste présent d’une autre  manière. Il est monté aux cieux non pour s’éloigner de nous, mais au contraire, il est allé auprès du Père pour être présent de façon plus parfaite, par l’action de l’Esprit Saint.

Tu es là au cœur de nos vies….

Jésus nous rejoint, chaque fois que nous sommes réunis en son nom. Les Apôtres se savent en union, en communion avec le Ressuscité qui les fait participer à sa vie nouvelle : « Vous êtes ressuscités avec le Christ et votre vie est désormais cachée en Dieu avec Lui », dit saint Paul.

Le Christ ressuscité n’est plus visible à notre regard humain, mais avec les yeux de la foi. Le monde doit pouvoir contempler son visage à travers chaque baptisé, entendre son message à travers nos paroles et toute notre vie et  y découvrir quelque chose de l’amour passionné de Dieu pour tous les hommes.

L’Ascension de notre Seigneur fait naître en nous une grande espérance : « là où Il est, nous serons un jour ».

Jésus nous donne chaque jour son Esprit Saint qui fait de nous des témoins et des messagers de son amour.

Il nous envoie  en mission dans nos milieux de vie, notre famille, notre atelier, notre école, nos sociétés et nos clubs, pour servir et aimer en son nom, pour témoigner de la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu, et pour le rendre présent.

Enfin, l’Ascension marque donc le début d’une nouvelle histoire. C’est le temps de l’Eglise, le temps de la mission qui commence. Les Apôtres-et chaque baptisé- sont envoyés pour être les témoins et les messagers de la Bonne Nouvelle dans le monde.

Frères et sœurs, réjouissons-nous donc en célébrant l’Ascension de Jésus le Crucifié-Ressuscité. En Lui, nous sommes « de Dieu ». C’est notre dignité, c’est notre vocation, c’est notre responsabilité : « Je suis chrétien, voilà ma gloire ».

 

Père Mathias Doamba