En « Avent », vers l’avènement du Fils de Dieu !

L’Avent, du latin adventus, avènement, nous rappelle les longs siècles durant lesquels les hommes vivaient dans l’attente du Messie, du Sauveur, promis par Dieu. L’Avent n’est pas seulement le temps du souvenir de la naissance de
Jésus, mais nous tourne vers son avènement final et nous invite donc à nous y préparer. Dieu vient à la rencontre de celui/celle qui l’attend.


Ce temps de quatre dimanches, sans que ce soit un temps triste, exclut les grandes festivités (on omet le Gloire à Dieu à la messe du dimanche), nous invite à la vigilance : « prenez garde, veillez, car vous ne savez pas le moment » (1er dimanche), c’est-à-dire ne pas nous endormir car le réveil pourrait être tragique. Nous sommes appelés à réveiller notre faim et soif de Dieu. En Afrique, quand un haut personnage doit visiter un pays, on commence par blanchir les troncs des arbres, les murs des concessions, rendre les routes praticables. Or le Seigneur vient : Noël, c’est la
venue du Christ parmi nous et dans nos coeurs de baptisés. D’où l’invitation pressante à « préparer les voies du Seigneur » (2ème dimanche) selon l’expression de Jean Baptiste. Comment ? Par un effort de conversion personnelle d’abord, et collective ensuite, pour que dans nos sociétés règnent Amour et Vérité, Justice et Paix.
La liturgie nous convie à vivre dans la joie l’attente de Noël (3ème dimanche). Ne nous abandonnons pas à l’inquiétude, ne désespérons pas mais avançons, avec au coeur, la certitude que le Christ est là, obscurément présent. Le temps de l’Avent nous offre l’occasion de ranimer en nous la flamme de l’espérance. Nous sommes prêts à célébrer Noël dans la contemplation et la joie de ce grand mystère de l’Amour de Dieu pour les hommes. L’Eglise nous propose l’exemple de la Vierge Marie qui, par sa réponse à l’ange Gabriel, s’est offerte corps et âme, pour bâtir la cité du Grand Roi, du Christ Jésus, Fils de David (4ème dimanche). A chacun de nous, le Seigneur vient confier une mission particulière dans cette oeuvre du salut de l’humanité. Saurons-nous, comme Marie, dire « oui » sans hésitation ni réserve ?
Nous lancer comme elle dans la folle « aventure de l’Amour ? » . Oui, ça vaut la peine.
Que le Seigneur nous aide à préparer avec courage, joie intérieure et générosité, la venue de son Fils dans notre vie. Puisse la confection pour l’Avent des couronnes faites de branches de pin, nous permettre de vivre un bel Avent pour de belles fêtes de Noël.

Père Bila Mathias