Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Une journée pour la Syrie

De manière assez inhabituelle, le Pape François a demandé que le samedi 7 septembre soit pour toute l’Église catholique une journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Proche-Orient et dans le monde.
Il a invité les autres confessions chrétiennes à se joindre à cette initiative, et les autres religions à la mettre en oeuvre selon leurs traditions. La Paroisse saint Martin de la Plaine de Valence s’est unie communautairement à
cette initiative en se rassemblant pour le temps de prière organisé à la communauté des Coopérateurs paroissiaux à Nazareth.


 

En annonçant cette journée, François a repris le cri de Paul VI à la tribune de l’ONU le 4 octobre 1965 : « Plus jamais la guerre ! Plus jamais la guerre ». Paul VI, lui-même, s’inscrivait dans la ligne de l’Encyclique de Jean XXIII : « La Paix sur la terre » : « à tous incombe la tâche de rétablir les rapports de la vie en société sur les bases de la justice et de l’amour ». Le Pape François et de nombreux responsables religieux accompagnent, plus que jamais, leurs appels à la paix de démarches auprès des responsables politiques qui dirigent les États.

Ce souci de l’Église pour la paix dans le monde et le refus de la guerre comme moyen de régler des tensions s’inscrit dans la ligne prônée par Jésus : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jn 14, 27). Le soir de Pâques, une ultime parole de Jésus aux siens résume le bien le plus précieux qu’il leur lègue : « La paix soit avec vous » (Jn 20, 21), une paix faite de
confiance, de sérénité, de communion. La paix à la manière du monde, c’est celle que Jésus se refuse à laisser à ses disciples (Lc 12,51).
Aussi comprenons-nous parfaitement la volonté du Pape François qui, au nom de l’Évangile, refuse toute intervention en Syrie, la guerre engendrant la guerre. « Ce n’est pas la culture de l’affrontement, la culture du conflit qui construit la vie collective dans un peuple et entre les peuples, mais celle-ci : la culture de la rencontre, la culture du dialogue. C’est l’unique voie pour la paix. Que le cri de la paix s’élève pour arriver au coeur de tous et que tous déposent les armes et se laissent guider par le souffle de la paix ».

Il serait dommage que, le 7 septembre passé, nous oubliions la prière pour la paix si nécessaire en notre temps. La demande pour la paix engage chacun d’entre nous « à construire chaque jour et dans tous les domaines une culture authentique de la rencontre et de la paix ». Nous invoquerons Marie, mère de l’Église, en lui demandant de faire passer notre appel vers son Fils que la tradition chrétienne se plaît à nommer « le Prince de la paix ».

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP