Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Sortir du tombeau
 

3/5/14 -

Tristes et désabusés, les deux compagnons en marche vers Emmaüs ressassent leurs espoirs déçus. Ils parlent au passé : « Et nous qui espérions qu’il serait le libérateur d’Israël ! » Ils y ont cru. On ne les y reprendra plus. Psychologiquement, ils sont entrés avec Jésus au tombeau le Vendredi saint mais n’en sont pas encore sortis. Ils nous ressemblent, nous qui nous transformons souvent, selon l’expression du pape François, « en pessimistes mécontents et déçus au visage assombri » (Evangelii gaudium, 85).

Il n’est pas si facile pour nous de sortir du tombeau. Les temps sont difficiles et les coups durs ne manquent pas. Les relations se tendent, le ressentiment prospère. À cela s’ajoute, chez les chrétiens, l’amertume devant les désillusions d’une Église qui, avec Vatican II, avait fait l’expérience d’une « nouvelle Pentecôte » (Saint Jean XXIII). Partie avec enthousiasme à la rencontre du monde, elle a pris de plein fouet une vague de matérialisme qui l’a rejetée sur le rivage, sonnée et ne sachant plus que faire devant le vieillissement des communautés, la surcharge des prêtres, la chute des vocations, la dégringolade des demandes de baptême et des inscriptions au catéchisme. Et le sentiment d’un message devenu inaudible pour beaucoup.

Aussi, « la psychologie de la tombe, qui transforme peu à peu les chrétiens en momies de musée, se développe. Déçus par la réalité, par l’Église ou par eux-mêmes, ils vivent la tentation constante de s’attacher à une tristesse douceâtre, sans espérance, qui envahit leur cœur comme “le plus précieux des élixirs du démon” » (Evangelii gaudium, 83). Le pape François est sans complaisance pour cette morosité que manifestent souvent nos conversations. Jésus n’est pas plus tendre envers les disciples d’Emmaüs : « Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! »

De fait, nous n’avons toujours pas compris : il faut donc que le Messie « souffre pour entrer dans sa gloire » ? Et l’Église avec lui ? Mais pourquoi ? Alors Jésus reprend patiemment sa leçon et relit avec nous l’Écriture « en partant de Moïse et de tous les Prophètes ». Abraham, Moïse, Élie, Jérémie, lequel de tous ceux que l’épître aux Hébreux appelle une « nuée de témoins » (He 12, 1) n’a-t-il pas connu l’épreuve, la nuit, l’impression d’être déjà « parmi les morts » et de pouvoir dire : « ma compagne, c’est la ténèbre » (Ps 88) ? Et pourtant, l’espérance d’Israël n’est pas morte. Les prophètes annonçaient la renaissance, le triomphe de la vie sur la mort : « Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter, ô mon peuple » (Ez 37, 12).

C’est dans la rencontre avec le Ressuscité que Cléophas et son compagnon retrouvent l’élan qui les fait sortir de leur tombeau intérieur. Moins dans l’adhésion à une démonstration pourtant nécessaire que dans la perception d’un feu intérieur qui se transmet par un contact prolongé et qui ranime la joie. Le chemin parcouru aux côtés du Ressuscité nous fait venir à la lumière et nous rend le goût de vivre. Jésus est lui-même « la Résurrection et la Vie » : l’approcher, c’est capter la Vie à sa source.

Les catéchumènes baptisés à la veillée pascale, les recommençants qui frappent à la porte de nos communautés, les chercheurs de vérité que la grâce du Christ a déjà touchés et qui se sont mis en route, tels des mages, pour trouver une réponse aux questions qui les taraudent, trouveront-ils en nous des témoins joyeux et chaleureux de la rencontre avec le Ressuscité ? L’eucharistie dominicale nous fait refaire l’expérience des disciples d’Emmaüs. Nous y écoutons l’Écriture à la lumière de Jésus ressuscité et nous le reconnaissons dans la foi, refaisant devant nous le geste de la fraction du pain, « le pain de Vie » (Jn 6, 35). Puisse-t-elle être toujours pour nous la source d’une joie contagieuse, envers et contre tout.

LEFEBVRE Jean-François






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP