Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Pourquoi une journée d’eveil au Judaisme ?

Le 28 octobre 1965 le Concile Vatican II adoptait la Déclaration « Nostra Aetate », sur les relations de l’Eglise avec les religions non chrétiennes, en particulier avec le judaïsme...


 

... Le dialogue ainsi inauguré s’est poursuivi, marqué chaque année par l’institution d’une journée d’éveil au judaïsme, proposée aux paroisses catholiques et protestantes ; cette année, elle a eu lieu le 19 septembre.

Pourquoi cette journée ?
Voici ce qu’en dit le Père Jean Dujardin, ancien directeur du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme, membre du comité directeur de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France.
« Lorsqu’au Concile Vatican II l’Église catholique a ouvert la voie à une redécouverte du peuple juif dans sa vocation unique, elle ne l’a pas fait en raison des circonstances même si les évènements de la guerre ont joué un rôle essentiel dans cette prise de conscience. Elle l’a fait parce qu’elle a compris dans sa méditation sur sa propre vocation, que le Seigneur n’avait pas rejeté son peuple, ce peuple "à qui appartiennent l’adoption filiale, la gloire, les alliances,...les promesses et aussi les patriarches et de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement" (Rm 9, 4-5). Jésus est juif, il l’est par sa naissance, il l’est resté jusqu’à sa mort, et c’est au coeur du dessein de salut de Dieu sur le monde, de l’Église corps du Christ, Messie d’Israël, que nous devons regarder le peuple juif. Il est le témoin vivant de l’histoire du salut dans laquelle la mission de Jésus s’inscrit. Sinon, comme le disait Jean Paul II, Jésus serait un "météore dans l’histoire".."

En France, nous avons choisi de la célébrer entre la fête de Rosh ha-Shanah (fête du nouvel an juif) et de Yom Kippour (journée du grand pardon), moments exceptionnels dans la vie religieuse juive.
Occasion pour nous de prendre conscience de l’importance pour notre foi de cette relation, occasion de manifester à la communauté juive notre reconnaissance par notre prière, une carte de voeux et des affiches. Selon l’expression de Paul nous avons été "greffés" sur la foi d’Israël, ce que Jésus avait déjà affirmé dans son dialogue avec la Samaritaine "car le salut vient des Juifs" (Jn 4,22b). »

Comme le disait Jean-Paul II aux Juifs réunis le 13 avril 1986 dans la synagogue de Rome : "La religion juive ne nous est pas " extrinsèque ", elle est " intrinsèque " à notre religion. Nous avons donc à son égard des rapports que nous n’avons avec aucune autre religion. Vous êtes nos frères préférés et dans un certain sens on pourrait dire nos frères aînés."

Rappelons-nous que l’épiscopat italien avait placé cette journée à la veille de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, conscients de ce que les chrétiens divisés ont reçu ensemble du peuple juif.

Inspiré d’un texte du Père Jean Dujardin






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP