Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Pas de résurrection sans mort

Le titre est une évidence ; et pourtant j’ai parfois l’impression que les chrétiens, tout heureux à juste titre de fêter la résurrection à Pâques, oublient de marquer le vendredi saint. Certes, nous n’avons pas envie de célébrer la mort de Jésus car on ne fête pas un supplice. Même cette mort qui nous donne la vie ne demande pas une célébration tant elle est épouvantable, injuste, inacceptable…


 

Par contre, il est important de se souvenir de cet événement, ne serait-ce que pour ne pas oublier le message qui s’y rattache, à savoir que c’est par amour que Jésus s’est donné à l’humanité et que cet amour est constitutif de notre identité et appelé à se manifester dans nos vies à l’égard de toute personne que nous pouvons rencontrer.
Nous avons tous besoin de nous savoir aimés de façon inconditionnelle, c’est un élément déterminant pour notre équilibre psychique. Le Père nous fait ce cadeau inestimable de nous aimer gratuitement et de nous le dire. Et comment nous le dit-il ? En nous rappelant qu’il a donné son Fils parce qu’il a tellement aimé le monde
(Jean 3, 16). Même si nous connaissons ce message par coeur, il est bon de l’entendre encore et toujours.
Or, le 3 avril, à 19h30, à l’occasion de la rencontre du vendredi saint à la salle Giono à Montélier, la lecture de l’évangile de la Passion selon Marc nous redira les circonstances et le message de la mort de notre Seigneur.
Je sais que cela peut être éprouvant d’entendre le déroulement de ces faits, mais n’oublions pas que ce sont les hommes qui en sont les auteurs. Les médias nous disent encore tous les jours de quelles horreurs nous sommes capables ; et cela aussi, nous avons besoin qu’on nous le rappelle.
Le message de Pâques est donc double : d’une part, la résurrection nous procure la joie des retrouvailles, l’appel à la vie, la reconnaissance que l’amour donne toujours du résultat. D’autre part, parce qu’il n’y a pas de résurrection sans mort, Pâques c’est aussi la prise de conscience que nous sommes injustes et pécheurs,
et que nous avons besoin de naître de nouveau. Pâques, c’est l’ensemble. La première partie de ce message nous sera rappelée vendredi 3 avril.

Pasteur Gilbert Carayon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP