Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Pâques, un passage, une promesse.

Pendant le Carême, nos yeux et notre coeur ont été tournés vers la fête de Pâques qui se profilait à l’horizon ; nous nous sommes préparés ainsi à célébrer le coeur de la vie chrétienne.


 

Pour les chrétiens, Pâques se situe dans le prolongement de la Pâque juive. Par cette fête, Israël fait mémoire de la sortie d’Egypte ; il rend grâce pour sa libération, pour son rassemblement en un peuple affranchi de la servitude égyptienne. Israël célèbre la Pâque comme le passage d’une terre d’exil vers la terre promise, symboliquement décrite comme un pays où « coulent le lait et le miel » (Ex 3,8).
Ce passage n’est pas une fin en soi, il ouvre à une promesse, celle d’un nouveau rapport avec Dieu : « vous serez mon peuple, je serai votre Dieu » (Ez 36,28). Ce passage, cette promesse sont vécus comme un don de Dieu, car celui-ci veut l’homme libre vivant dans la dignité.

A la veille de son arrestation, au temps de la Pâque juive, Jésus prend un dernier repas avec ses disciples. Pendant ce repas il donne le sens de sa mort par l’institution de l’Eucharistie. Jésus reprend à son compte toute la richesse de la Pâque juive. Mais il approfondit le sens de cette fête en entrant librement dans sa Passion et en donnant sa vie par amour. Par sa mort et sa résurrection, Jésus passe de cette vie limitée, fragile vers la vraie Vie. Il ouvre une voie nouvelle pour lui, mais aussi pour tous les hommes.
Le passage que Jésus fait vers celui qu’il appelle « mon Père » est en même temps une promesse pour nous tous, car Jésus passe vers le Père, porteur de tous les hommes, ses frères. Le passage devient promesse ; celle-ci l’engage. Jésus ouvre la voix vers un temps où « il n’y a plus ni larme ni pleurs » ; une rencontre définitive avec ce Dieu qu’il nous a permis d’appeler « Père » devient possible.

La promesse trouve dès maintenant un début d’accomplissement dans la vie fraternelle. En effet, Pâques se réalise sous la forme du don : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » ; « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés », dit Jésus . Au moment où il passe vers le Père, Jésus nous offre la possibilité de nous ouvrir à une vie nouvelle, il nous fait passer d’un monde replié sur lui-même à une vie donnée par amour du frère. La veillée pascale que nous célébrons
dans la nuit du 23 au 24 avril est source de cette vie nouvelle appelée à connaître la plénitude.

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP