Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


PENTECÔTE, FETE DE LA PROMESSE.

En Occident, pour nombre de personnes, Pentecôte est synonyme de soleil et
de détente, un clin d’oeil en direction de l’été. Nous risquons d’en oublier la
signification humaine et ecclésiale. C’est la célébration de la promesse. Sous
des formes variées et en des temps divers les promesses structurent nos vies.


 

Pour devenir lui-même, tout homme a besoin de promesses, qu’elles soient
formulées ou qu’elles soient implicites. Celles-ci lui donnent de vivre dans la confiance. Lors d’une naissance, par le don même de la vie, des parents promettent à leur enfant de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour l’aider à prendre sa place dans notre société. Lors de leur mariage, des jeunes gens se promettent fidélité dans les moments heureux comme dans les temps plus difficiles. La promesse structure la vie humaine, d’où le drame qui naît d’une promesse trahie.
Pour se faire connaître des hommes, Dieu lui-même a choisi de se dévoiler sous le mode de la promesse. Le peuple juif repose sur une promesse. Dès l’origine Abraham est invité à se fier à une promesse ; il part alors vers l’aventure : « Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton Père vers le pays que je te ferai voir » (Gn 12,1). La promesse donne de regarder avec assurance vers l’avenir. Dans les moments difficiles de l’histoire du peuple juif, notamment lors de l’Exil à Babylone au 6ème s. av. J.C., Dieu renouvelle sa promesse : « je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau » (Ez 36,26). Cette promesse permet au peuple désorienté de trouver une nouvelle raison de vivre.
Jésus n’agira pas différemment avec ses disciples. La première communauté chrétienne se constitue à partir d’une promesse du Seigneur Jésus ressuscité : « vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous » (Ac 1,8). Jésus invite ses disciples à ne pas se disperser et à attendre
la réalisation de la Promesse qui constituera ce groupe en Église, en communauté de témoins de sa mort et de sa résurrection. La fête chrétienne de Pentecôte, cinquante jours après Pâques, n’est pas simplement le mémorial de la première venue de l’Esprit sur les disciples à Jérusalem, pour faire d’hommes
apeurés les premiers proclamateurs du Christ Ressuscité. Chaque Pentecôte est aussi actualisation de cette promesse initiale. Aujourd’hui même, le Ressuscité promet à ceux qui se réclament de son nom de les constituer en Eglise, communauté capable de trouver la force pour le faire connaître, pour témoigner
d’une espérance et en vivre : « Comme le Père m’a envoyé, dit Jésus, à mon tour je vous envoie… recevez l’Esprit Saint » (Jn 20,21-22).
Ainsi, chaque jour, l’Eglise se constitue par ce don de l’Esprit promis une fois pour toutes. Célébrer Pentecôte, c’est accueillir le don de l’Esprit aujourd’hui pour le service des frères et faire de ce service un témoignage du Seigneur ressuscité. Don de l’Esprit et constitution de l’Église sont inséparables.
Sans ce don et cet accueil de l’Esprit, l’Église n’est plus qu’une association parmi d’autres.

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP