Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


[ Thêmes abordés ]
Les avancées oecuméniques

Réflexion apportée de François Binder, diacre en charge de l’oecuménisme sur la Paroisse St Marcellin en Tricastin.


 

Le Concile Vatican I s’est interrogé sur le sens de la prière de Jésus : " Que tous soient Un… " (Jn 17,21). Et il pensait que faire l’unité consistait à accueillir en son sein les " frères séparés ". On s’est vite rendu compte que cela ne réglait rien, bien au contraire. Vers 1936, l’Abbé Couturier donna à l’œcuménisme un véritable élan en disant que l’Unité ne pouvait se faire que lorsque Dieu le voudrait, et comme Il voudrait.

C’est à la suite de cette réflexion que le Groupe des Dombes (théologiens catholiques et protestants qui se réunissent périodiquement dans une abbaye des Dombes, près de Lyon) a émis l’hypothèse suivante : chaque Église détient une part de la Vérité Chrétienne dans laquelle elle est engagée à fond. Cette part de vérité lui est imprescriptible, mais en même temps elle est le lieu où elle est tentée et où elle peut dériver. Pour déjouer le piège de cette tentation, elle doit écouter attentivement ce que les
autres Églises disent sur ce sujet.

Prenons un exemple : la " Vérité catholique " de la succession apostolique (le pape). Dans le respect de la Sainte Tradition, le Pape est le successeur de Pierre, les évêques ceux des Apôtres. Mais c’est en même temps le lieu de la tentation du pouvoir, ce que Vatican II tentera de déjouer en faisant des clercs (pape, évêques, prêtres) des serviteurs de l’Évangile et non plus les seuls pasteurs. Et ce concile ré-instituera le diaconat
permanent pour "rappeler à l’Église qu’elle est avant tout au service".

On pourrait de la même façon analyser les différentes " Vérités " : le poids de l’Écriture chez les protestants (sola scriptura), la place du ministère de la femme chez les anglicans, la Sainte Liturgie chez les orthodoxes, la place de Marie chez les catholiques et les orthodoxes, etc.

Jean-Paul II a fait de l’œcuménisme la priorité chrétienne incontournable en définissant sa propre fonction comme " Serviteur des serviteurs ".
Ce n’est pas une option quelconque mais un état d’esprit fondamental s’enracinant dans la prière même de Jésus-Christ : " Que tous soient Un comme Toi et Moi, Père, sommes UN ! " (Jn 17,21)






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP