Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


« La sainteté : tout simplement un devoir pour toi et moi » (Mère Teresa)

La Toussaint se célèbre le 1er novembre, la veille du jour de la commémoration des fidèles défunts, le 2 novembre où l’on prie pour les morts. Ne confondons pas les deux fêtes. Elles se célèbrent l’une après l’autre. Elles s’interpellent tout de même. La Toussaint est une fête joyeuse, c’est la fête de la communion des saints, c’est-à-dire de tous ceux qui sont déjà réunis en Dieu par la foi (morts ou vivants).


 

C’est la fête de tous les saints connus ou inconnus ou anonymes. Chaque année, l’Eglise Catholique honore ainsi la foule innombrable de ceux et celles qui ont été de vivants et lumineux témoins du Christ, de ceux et celles qui ont vécu dans la fidélité à l’Evangile et au service de leurs frères et sœurs. Cette fête rassemble les innombrables visages de ces hommes et de ces femmes qui portent tous en eux « l’image et la ressemblance de Dieu » (Gn 1, 26-27).
La Toussaint nous rappelle que tous, hommes, femmes, sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou même inattendus, mais tous accessibles. Alors qu’est-ce qu’un saint ? Déclarer saint quelqu’un, c’est reconnaître qu’il a vécu dans la foi au « Fils de Dieu qui l’a aimé et qui s’est livré pour lui »(Gal. 2, 20). De leur vivant, les saints ne se prenaient pas pour des saints.
Ils s’estimaient bien imparfaits. Bernadette de Lourdes, pourtant comblée par des apparitions de la Vierge Marie, a terminé sa vie sur cette prière : « Ayez pitié de moi, pauvre pécheresse ». Les saints n’ont pas forcement fait des exploits ni accompli des prodiges. Quelques-uns ont, à leur actif, des réalisations extraordinaires au plan humanitaire, au plan spirituel, au sein de l’Eglise. D’autres, la majorité, ont simplement vécu leur quotidien de travail et de famille. Seuls leur amour et leur générosité étaient remarquables. Ils ont vécu l’ordinaire extraordinairement. Ils ont vécu de foi : confiance totale dans le Seigneur présent dans leur vie. Ils ont été des priants, chacun à sa façon. Ils ont dû vivre souvent à contre-courant des idées reçues et des comportements de leur temps. Comment devenir saint ? On n’achète pas la sainteté, on l’atteint, de même qu’on ne nait pas chrétien, on le devient. La sainteté n’est pas une voie réservée à une élite : elle concerne tous ceux et toutes celles qui choisissent de mettre leurs pas dans ceux du Christ.
Le texte des Béatitudes, lu à la messe de la Toussaint, nous dit simplement, à sa manière, que la sainteté est l’accueil de la Parole de Dieu, sa mise en pratique, fidélité et confiance en Dieu, bonté, justice, amour, pardon et paix. La Toussaint nous invite à cultiver le désir de Dieu, à nous engager pour contribuer à donner naissance à une « civilisation de l’amour », en nous préoccupant de nos frères humains, les plus éprouvés en particulier. Le saint est un exemple vivant de ce qui est possible pour chacun d’entre nous : à la suite de Jésus, faire de notre vie, une vie sainte. Les saints existent, incognito, au milieu de nous. Et si l’Evangile a commencé à nous transformer, si l’amour du Seigneur et de nos frères et sœurs a réussi à nous faire vivre autrement, si nous essayons d’accueillir le don gratuit de Dieu, nous faisons partie de la famille des saints de tous les temps.
Alors, bonne fête à nous aussi !
Père Bila Mathias Doamba






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP