Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


La pentecôte : Temps de la plénitude de l’esprit

Depuis la nuit de Pâques nous vivons au rythme du Christ ressuscité. Ainsi, lors des apparitions de Jésus à ses disciples, ces derniers manifestent tout d’abord quelques doutes, puis ils ont la certitude que Jésus est entré dans une vie nouvelle pour toujours.


 

...Puis, avec l’Ascension, Jésus met un terme aux apparitions à ses disciples, il retrouve sa gloire auprès du Père ; il promet l’envoi de l’Esprit à ses amis.
Enfin, le jour de la Pentecôte, la promesse de l’Esprit s’accomplit.
Les disciples sont alors remplis de l’Esprit comme le sont aujourd’hui les croyants lors de leur initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie).
Mais le don de l’Esprit ne se limite pas à la communauté des disciples, celui-ci remplit également les auditeurs des apôtres venus en pèlerinage à Jérusalem à l’occasion de la Pentecôte juive. En effet, ce jour-là, des pèlerins, originaires de tout le pourtour méditerranéen, montés à Jérusalem pour la fête, sont étonnés d’entendre, chacun dans sa langue, les Apôtres proclamer la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité, sauveur des hommes. Tout homme, quelle que soit son histoire ou son origine, bénéficie du don de l’Esprit qui l’aide à reconnaître la vérité de l’Evangile.
Bien plus, la création elle-même est concernée par l’événement de Pentecôte :
« Soudain, nous dit le livre des Actes des Apôtres, il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent ».
A sa manière, l’auteur des Actes des Apôtres nous fait comprendre le retentissement cosmique de l’événement : l’Esprit est capable de régénérer la face de la terre en associant les hommes à ce renouvellement. L’Esprit qui planait sur les eaux lors de la création (Gn 1,1) manifeste son souci pour celle-la.
Pour des chrétiens, le bon usage de la terre, don du Dieu créateur, s’ancre dans le rapport que l’Esprit entretient avec la création. Là « l’écologie humaine » trouve sa source. Cette « écologie humaine », inspirée de la foi en l’Esprit qui veille sur la création, a été mise en valeur par le pape Benoît XVI ; elle comporte des exigences. Selon saint Paul, « la création tout entière gémit maintenant encore dans les douleurs de l’enfantement » (Rm 8, 22). La création est en voie d’achèvement, de plénitude quand elle est l’objet d’une juste et équitable maîtrise.
La terre a été donnée à l’homme pour qu’il la respecte tout en la soumettant. L’homme ne doit ni la tyranniser ni la gaspiller. La terre ne doit pas être exploitée de manière outrancière. Une « écologie humaine » authentique refuse une consommation qui vire au gaspillage, comme cela se produit parfois en Occident. Les richesses que la création offre sont à la disposition de tous, elles ne sont pas
destinées à être la proie de quelques-uns.
Laissons l’Esprit de Pentecôte nous saisir et nous conduire vers des pratiques de respect et de partage des biens de la terre.
Ainsi la création atteindra peu à peu un développement harmonieux pour le bien de toute l’humanité.

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP