Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


L’Eglise selon la tradition catholique.
 

Les traits caractéristiques de l’Eglise selon la tradition catholique

Pour connaître ce que signifie l’Eglise dans la confession catholique un document de choix existe : la constitution sur l’Eglise dite Lumen gentium, lumière des nations, promulguée le 21 novembre 1964, lors du Concile Vatican II. Ce texte rassemble les traits caractéristiques sur l’Eglise, chers à la tradition catholique.

1) La constitution comprend huit chapitres ; le premier donne le « ton », il s’intitule : « le mystère de l’Eglise ». Il faut comprendre ce terme « mystère » non pas, bien sûr, selon son sens français courant : c’est mystérieux, c’est à dire on est intrigué,on ne comprend pas. Il s’agit du mystère au sens de saint Paul. Ce sens nous est donné notamment en 1Co 2, 9 : « “ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas monté au cœur de l’homme, tout ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment“. En effet, c’est à nous que Dieu l’a révélé par l’Esprit ».
Autrement dit, le mystère est un don fait par Dieu aux hommes. L’Eglise fait partie de l’essence même de la révélation, elle est indispensable à la vie chrétienne.
De manière un peu technique la constitution définit ainsi l’Eglise : « Tous ceux qui croient au Christ, Dieu le Père a voulu les appeler à former la Sainte Eglise qui, annoncée en figures dès l’origine du monde, merveilleusement préparée dans l’histoire du peuple d’Israël et dans l’Ancienne Alliance, établie enfin dans ces temps qui sont les derniers, s’est manifestée grâce à l’effusion de l’Esprit-Saint et, au terme des siècles, se consommera dans la gloire » (LG 2).
Ce don s’est concrétisé le soir de Pâques par l’envoi des disciples par Jésus, cet envoi se fonde dans l’envoi de Jésus par le Père : « Le paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour, je vous envoie…recevez l’Esprit Saint » (Jn 20,21).

Cette approche de l’Eglise comme mystère est tout à fait traditionnelle c’est du Cyprien, Hilaire, Augustin, Cyrille d’Alexandrie.

2) Le Christ institue l’Eglise, l’Esprit la constitue
Pour exprimer le rôle de l’Esprit vis-à-vis de l’Eglise, il n’est pas suffisant de dire que l’Eglise est animée par l’Esprit, et donc que celui-ci introduit un imprévisible dans sa vie. L’Église naît du mystère pascal et du don de l’Esprit. A la naissance de l’Eglise l’Esprit est présent (Jn 20, 21-22). L’Eglise ne trouve ses racines ni dans le rassemblement des Douze du vivant de Jésus, ni dans le seul envoi en mission par le Ressuscité, l’Esprit apparaît comme co-instituant l’Eglise (Y. Congar). J. Zizioulas, théologien orthodoxe, donne à pareille conviction une forme plus prégnante : « Le Christ institue et l’Esprit constitue... » (voir aussi 1Co 12,13 : « Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit en un seul corps »)
Avec d’autres termes est rappelée la pensée d’Irénée qui insistait sur les deux mains de Dieu à l’oeuvre, le Verbe et l’Esprit Saint. L’Esprit lui-même concourt à la naissance de l’Eglise (à la croix Jésus libère l’Esprit Jn 19,30 ; Jn 19,25-30 la mère de Jésus et le disciple que Jésus aimait, sont donnés l’un à l’autre, puis « il remit l’esprit ») ; il envoie ses disciples en leur conférant l’Esprit (Jn 20,21-22 ; avant qu’ils aillent en mission, il les invite à attendre ce que le Père a promis Ac 1,4) ). Il n’y a pas d’Eglise tant qu’il n’y a pas d’Esprit qui constitue cette Eglise.

N.B L’Eglise n’a d’existence qu’en dépendance du Christ. Le Christ est la lumière des nations, le soleil, l’Eglise est la lune.
L’Eglise n’a d’existence que comme la lune qui reflète la lumière du soleil. « Le Christ est le Soleil de Justice, seule source de lumière. L’Église, comme la lune, reçoit de lui, à chaque instant tout son éclat. On peut donc parler avec Didyme l’Aveugle (4ème s.), d’une “constitution lunaire de l’Eglise“. Comme la lune dans la nuit, elle brille dans l’obscurité de ce siècle, éclairant la nuit de notre ignorance, pour nous montrer le chemin du salut ». H. de Lubac, Paradoxe et Mystère de l’Eglise p.36
« Il faut, avec un Origène,un Ambroise comprendre plus à fond les phases obscures de la lune. Elles nous signifient que l’Eglise, en ce siècle, est une Eglise toujours mourante, et que c’est ainsi qu’elle se renouvelle, en se rapprochant davantage du Christ. Elle lui devient alors si unie qu’elle disparaît en quelque sorte dans son éclat » de Lubac, p. 37

3) « L’Église, notre Mère »
L’Eglise est un milieu nourricier, une réalité qui précède les croyants, dans laquelle le croyant naît à la vie christique dans l’Esprit. Aussi nous parlons volontiers de l’Eglise comme une mère qui engendre de nombreux enfants. Ayant évoqué les images de l’Eglise (bercail, terrain de culture,construction, épouse) la constitution sur l’Eglise poursuit : « L’Eglise s’appelle encore “la Jérusalem d’en haut » et “notre mère“ (Gal 4,26 cf. Apoc 12,17) » (LG 6) (voir note sur la TOB sur Ap, 12,2, p.2719) (« la femme de Ap 12 désigne Sion (voir Es 54 ;60 ; Os 2,21-25 ; voir en particulier Ap 12,17), c’est à dire le peuple de Dieu qui engendre le Messie et les croyants) .
La constitution sur la liturgie, autre texte du Concile, évoque souvent l’Eglise par ces mots : « la sainte Mère l’Eglise ». Comme une mère donne naissance à un enfant l’Eglise enfante en son sein par le baptême de nouveaux membres, elle leur donne la vie.

4) Une égale dignité de tous les membres de l’Eglise
Le ch. 2 de la Constitution sur l’Eglise porte sur le « peuple de Dieu », et non point sur la hiérarchie comme certains évêques conservateurs l’auraient souhaité.
L’Eglise c’est le peuple de Dieu, c’est le « peuple messianique qui a pour chef le Christ…possesseur désormais du Nom qui est au-dessus de tout nom et glorieusement régnant dans les cieux. La condition de ce peuple, c’est la dignité et la liberté des fils de Dieu, dans le cœur de qui , comme un temple, habite l’Esprit-Saint » (LG 9).
L’Eglise c’est l’ensemble de ceux qui confessent le Nom du Christ, incorporés en lui par le baptême. Ces hommes, ces femmes sont, selon 1P 2, 9 « la race élue, la résidence royale, la communauté sacerdotale, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière » (ce verset combine Ex 19,5-6 et Es 43,20.21). « Pierre applique à l’Eglise ce qui était dit du peuple de l’ancienne alliance » (note TOB, p. 2659).
Autrement dit : il y a une égale dignité de tous les membres de l’Eglise, la fraternité chrétienne l’emporte sur toute autre réalité. Tous les membres de l’Eglise ont à exercer le sacerdoce commun : rendre un culte à Dieu, témoigner et servir.
Ce caractère essentiel de chaque membre de l’Eglise est bien manifesté par Paul dans 1 Co 12, 13 : « nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit en un seul corps, Juifs ou Grecs, esclaves ou hommes libres, nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit » ou 1Co 12,7 : « à chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien de tous ».

5) Ce Corps qu’est l’Eglise, a besoin pour grandir dans l’unité d’ « articulations » ou le service des évêques et de leurs collaborateurs, les prêtres
Pour que ce peuple, ce Corps dont le Christ est la tête puisse vivre dans l’unité, il lui faut selon le mot de Paul en Ephésiens 4,16 « des articulations » ou « des articulations et ligaments » afin que ce Corps « réalise sa propre croissance pour se construire lui-même dans l’amour ».
Ces articulations et ligaments qui permettent au Corps du Christ de grandir dans l’unité c’est ce qu’on appelle pour faire bref le ministère épiscopal, aidé par le ministère presbytéral (les évêques et les prêtres). Evêques et prêtres ne sont pas des intermédiaires, encore moins des médiateurs entre Dieu et les croyants. Ils sont serviteurs de l’unité et permettent à l’ensemble de l’Eglise de se souvenir, au sens fort du terme, qu’Un seul préside l’assemblée chrétienne réunie, c’est le Christ. Une formule peut résumer cela : « tous célèbrent, tous témoignent, tous servent », « un seul préside l’Eucharistie au nom du Christ ». Par son existence même le ministère épiscopal rappelle que nous sommes sous la puissance du Christ.
Ce ministère épiscopal exprime la communion de tous les croyants dans le temps comme dans l’espace. Si on prend l’exemple de l’Eglise qui est à Valence, pour l’instant nous attendons notre nouvel évêque. Mais, celui qui nous a quittés, le père Lagleize, a été ordonné par trois évêques, eux mêmes ordonnés par trois autres, quelques années plutôt… ; et on pourrait ainsi remonter dans le temps ; ordonné l’évêque est alors en communion avec tous les évêques qui président aux différentes communautés locales. Nous appelons cela la succession apostolique et la collégialité épiscopale.
Pour assurer l’unité de toutes les Eglises particulières, les Eglises locales, et donc de l’ensemble de l’Eglise il y a le pape, l’évêque qui préside à l’Eglise de Pierre et de Paul, celui que nous appelons le pape n’est pape que parce qu’il préside l’Eglise qui est à Rome.

6)« L’Eglise fait l’eucharistie, l’eucharistie fait l’Eglise ».
Au IIIème siècle, alors que l’Église est en but à l’hostilité impériale, 50 chrétiens sont arrêtés à la sortie d’une célébration eucharistique à Abilène, près de Carthage. Ils sont mis à la question et parmi eux, le lecteur, Emeritus, sommé de renier l’eucharistie répond à son juge : « Renier l’eucharistie c’est renier le Christ et ne sais-tu pas que des chrétiens ne peuvent pas vivre sans eucharistie ». Dans les mêmes circonstances, le questeur Félix répond : « Comme si un chrétien pouvait vivre sans messe » et encore « ne sais-tu pas, Satan, que les chrétiens font la messe et que la messe fait les chrétiens, et que l’un ne peut exister sans les autres ». .
« L’Eglise fait l’Eucharistie, l’Eucharistie fait l’Eglise » sort tout droit de la première lettre de Paul aux Corinthiens lorsqu’il écrit à ses correspondants : « La coupe de bénédiction que nous bénissons n’est-elle pas une communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons n’est-il pas une communion au Corps du Christ ? Puisqu’il y a un seul pain, nous sommes tous un seul corps : car tous nous participons à cet unique pain ».

Cette formule est pratiquement devenue un slogan au même titre que l’eucharistie « source et sommet de toute la vie chrétienne », formule ancienne remise au goût du jour par le Concile Vatican II [1]. » G.de Menthière

7) L’Eglise et le monde
L’Eglise est-elle pour le monde ou le monde pour l’Eglise. L’une et l’autre formule a sa part de vérité.
Partons d’une formule qui revient plusieurs fois dans les textes de Vatican II : L’Église est ,dans le Christ, le sacrement, c’est-à-dire le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité dans le genre humain LG 1 ; GS 42 L’Eglise est bien pour le monde, elle lui indique une voie, celle de l’Evangile, une voie de paix, de bonheur ; elle est au service du monde.
Inversement le monde est aussi pour l’Eglise, car il enrichit l’Eglise qui écoute la rumeur du monde pour lui annoncer le Christ. Cependant le monde doit devenir Eglise ; certes l’Eglise ne s’identifie pas au Royaume, mais elle est germe du monde, et l’on peut dire que le monde a été créé pour devenir dans l’eschatologie Eglise ou plutôt épanouissement de l’Eglise en Royaume de Dieu. « L’Eglise ordonne le monde entier au Christ. L’Eglise est faite pour étendre le règne du Christ à toute la terre, pour la gloire de Dieu le Père…par les hommes elle ordonne en vérité le monde entier au Christ » AL 2

N.B Une note très importante du point de vue œcuménique :
« Cette Eglise (une, sainte, catholique, apostolique), constituée et organisée en ce monde comme une communauté, subsiste dans l’Eglise catholique, gouvernée par le successeur de Pierre et les évêques en communion avec lui, encore que, hors de cet ensemble, on trouve plusieurs éléments de sanctification et de vérité qui, en tant que dons propres à l’Eglise du Christ, invitent à l’unité catholique » (LG 8).
« Subsiste », et non pas « est » ; il n’y a pas identification pure et simple Eglise Catholique et l’Eglise du Christ.

père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP