Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


En « Avent »... et au delà, avec Matthieu !

Une nouvelle année liturgique commence le 27 novembre : l’année A. En effet, depuis la parution du nouveau missel romain en 1969, un cycle de trois ans a été instauré pour les lectures des dimanches et fêtes.

Pour l’Evangile, c’est celui de Matthieu en année A, celui de Marc en année B, celui de Luc en année C ; quant à celui de Jean, il est lu essentiellement lors du temps pascal, quelle que soit l’année. Avec le 1er dimanche de l’Avent, nous entrons donc dans l’année au cours de laquelle nous écouterons Matthieu nous rapporter les actes et les paroles de JésusChrist, selon un récit structuré à la lumière de la Résurrection.


 

Qu’est-ce que l’Avent, quelles sont les caractéristiques du texte de Matthieu, quelle
identité de Jésus nous révèle-t-il ?
Du latin adventus (avènement), l’Avent succède à la fête du Christ-Roi, et se termine le 24 décembre.C’est une période de double attente, celle bien sûr de la naissance du Sauveur promis à Israël, celle aussi de la venue du Christ dans la gloire (parousie). Ce n’est certes pas un temps de tristesse, mais une certaine retenue y est de mise ; aussi la couleur liturgique est-elle le violet (rose toutefois pour le 3ème dimanche, celui de « gaudete » , pour marquer la joie devant la proximité de l’accomplissement de la promesse) ; quant au Gloria, c’est à la nuit de Noël qu’il éclatera de nouveau, à l’imitation des anges devant les bergers de Bethléem.
Donc, cette année, dès le 1er dimanche de l’Avent, nous écoutons l’Evangile selon Matthieu. Le plus long des quatre, avec ses 28 chapitres, il a longtemps été considéré (à tort) comme le plus ancien, et, avant la réforme liturgique, la plupart des lectures du dimanche lui étaient empruntées. Ecrit dans les années 80-90, il s’adresse à des judéochrétiens rejetés par les communautés juives, et accueillant de plus en plus de païens convertis. Il fait donc très souvent référence aux Ecritures, en particulier pour montrer que Jésus les accomplit : rien n’est supprimé de la Torah,
mais tout est reformulé selon les deux commandements d’amour : de Dieu et du prochain.
Ainsi, le Jésus de Matthieu est d’abord présenté comme le Fils de David ; il l’est car Joseph, lui-même fils de David, prend chez lui Marie sa mère, et surtout car il est reconnu comme le Messie royal attendu. Il apparaît aussi comme un nouveau Moïse, plus grand que le premier, ponctuant son sermon sur la Montagne par « vous avez appris [de la Loi dictée à Moïse au Sinaï], moi je vous dis ». Surtout, il est le Fils de Dieu, et donc, sa présence parmi nous est celle de Dieu lui même. En effet, le texte de Matthieu débute par l’annonce de la naissance de l’Emmanuel « Dieu avec nous », et il se conclut et s’ouvre dans le temps et l’espace par la promesse du Christ ressuscité à ses disciples, c’est à dire son Eglise : « je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ».
De « Dieu avec nous » au « Christ avec nous », voici donc l’itinéraire à parcourir pendant l’année A.Pour bien l’entamer, organisons donc notre calendrier personnel de l’Avent : chaque jour, lisons l’Evangile proposé (le plus souvent, il est tiré de Matthieu). C’est là un calendrier ne recélant certes pas de friandises... mais proposant gratuitement des mets succulents : la Parole de Dieu nous préparant à l’accueil du Mystère de l’Incarnation.

Anne-Marie Jammes






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP