Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Ecoutez-le
 

15/3/14

Sur la montagne de la Transfiguration, Jésus n’encourt-il pas lui-même le reproche qu’il adresse aux pharisiens qui « se donnent en spectacle » dans leur prière ? Pourquoi ce prodige aux yeux des apôtres ?
Habituellement, Jésus s’isole pour se replonger dans l’intimité de sa relation avec le Père. Que pourrait-il en dire et surtout que pourraient comprendre les apôtres ? Lui, Jésus de Nazareth, est aussi celui qui est aimé d’un amour infini par le Père. Il reste pudique sur cette relation unique, mystérieuse, cachée dans les profondeurs de son être.

Quelque temps auparavant, pourtant, il n’avait pu retenir sa joie. De son cœur émerveillé était montée une louange spontanée, laissant entrevoir quelque chose de cette relation intérieure : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits (…) Tout m’a été confié par mon Père : personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler » (Mt 11, 25-27). Les disciples avaient-ils alors perçu la profondeur de l’intimité entre Jésus et son Père ?
Aujourd’hui devant quelques privilégiés, les mêmes qui seront les témoins de son angoisse devant la mort, il laisse le Père lever le voile sur son identité, comme au jour de son baptême. Ils en ont besoin. Cette fois, un signe accompagne la parole : son être tout entier est irradié de lumière. C’est seulement plus tard, en voyant Jésus ressuscité resplendissant au matin de Pâques, que les apôtres comprendront un événement dont ils n’ont pas encore les clés d’interprétation. Jésus est vraiment ce « Dieu né de Dieu, lumière né de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu » en qui nous professons notre foi chaque dimanche.

Mais il est aussi le serviteur que Dieu annonçait par la bouche du Prophète Isaïe : « Voici mon Serviteur que j’ai choisi, mon Bien-aimé en qui j’ai mis tout mon amour. Je mettrai sur lui mon Esprit et il annoncera le droit aux nations. » L’évangéliste Matthieu applique ce verset à Jésus qui s’est lui-même identifié à ce serviteur (Mt 12,18).

Que Dieu puisse laisser son serviteur, le Messie attendu par Israël, être humilié au point d’être torturé et mis à mort (Is 53) est un mystère qui dépasse complètement les idées simples de Pierre, et les nôtres aussi. Pierre, l’aîné, se fait donc un devoir de reprendre le jeune Maître lorsqu’il annonce sa Passion prochaine : « Dieu t’en garde, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas ! Or Jésus enfonce le clou : les idées de Pierre ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes » et les idées de Dieu sont que le disciple suive le Maître en prenant sa croix (Mt 16). La croix de Jésus nous scandalise parce qu’elle est notre propre chemin, celui du disciple.

C’est pourquoi sur la montagne la voix du Père ajoute une exhortation : « écoutez-le ». Il vous dit des choses dures à entendre. Il vous emmène sur un chemin escarpé. Écoutez-le et regardez-le. Faites-lui confiance. Il vous dit aussi : « N’ayez pas peur. » Bientôt son visage transfiguré sera défiguré mais il reste « mon Fils Bien-Aimé », celui en qui j’ai « mis tout mon amour ». J’ai « tant aimé le monde » (Jn 3) que je lui ai donné ce Fils unique qui est toute ma joie.

Dans la nuée lumineuse, où la lumière se cache au sein des ténèbres comme jadis au mont Sinaï, Dieu nous dévoile aujourd’hui son cœur de Père. C’est en son Fils qu’il a tout dit, qu’il a tout fait. Il nous reste à l’écouter.

Écoutons-le et regardons-le, dans la lecture quotidienne de l’évangile. Accueillons-le lorsqu’il vient à nous sous les traits de celui qui sollicite un geste fraternel. Recherchons sa volonté dans les choix à poser. Entrons dans sa prière en laissant son Esprit dire en nous : « Père ». Suivons-le jusqu’au Calvaire pour le retrouver dans la lumière de Pâques.

LEFEBVRE Jean-François






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP