Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Du beau au merveilleux : de l’amour à la miséricorde

Deux fiancés se donnent la main au moment de leur mariage. Ce n’est pas comme l’interprétait un gamin pour son petit frère qui lui demandait pourquoi : « t’as pas vu comment les boxeurs, avant de commencer un combat, se donnent la main ? ».


 

Dans le mariage, le vrai, c’est faire le geste de l’alliance : je me donne tout entier à toi et toi tu te donnes tout entière à moi et on se donnera ensemble aux enfants. Plus ce don est vrai et total, plus belle sera l’alliance.
Dieu l’a fait avec nous, avec chacun d’entre nous.Lui se donne sans autre limite que notre capacité de le recevoir : « fais-toi capacité et je me ferai torrent ! », disait Jésus à Ste Catherine de Sienne. Quelle douleur, quand un amour authentique commence à se vicier ! La souffrance est d’autant plus forte que l’amour l’a été aussi. Tout est-il perdu ? Pas forcément, s’il y a place dans le cœur pour la miséricorde.
J’ai entendu, il y a longtemps, un témoignage donné par Jacques Le Breton. Alors qu’il est mutilé de guerre à 20 ans, aveugle et sans mains, une jeune fille accepte avec joie de devenir son épouse. Cinq enfants naîtront de cette union. Après des années de bonheur, de mauvaises influences feront éclater un orage terrible. Comme hors de lui, Jacques veut obliger sa femme au divorce : durant plus d’un an il la traite « comme on n’a pas le droit de traiter une chienne » sans obtenir le consentement. Il s’en va du foyer en pleine rébellion.
Une grâce exceptionnelle de la Vierge Marie lui fait retrouver la paix avec Dieu par une sincère confession. Il voudrait bien revenir vers son épouse… mais après tout ce qu’il lui a fait souffrir ! Comment se présenter devant elle ? Il décrira la rencontre en quelques mots : « J’ai retrouvé ma fiancée d’autrefois ». Tout a pu recommencer, et plus beau qu’avant, par cette nouvelle découverte du cœur de son épouse, non seulement capable d’aimer, ce qui est très beau, mais capable aussi d’un pardon total, un cœur miséricordieux, ce qui est merveilleux.
Belle est la lumière du soleil, merveilleuse est la lumière de l’arc en ciel qui suit la tempête. Avons-nous remarqué que sur l’icône qui sert de logo à l’année de la Miséricorde, l’œil de Jésus se confond avec celui de la personne brisée qu’il porte sur ses épaules ? Jésus, par sa miséricorde, regarde notre situation avec nos propres yeux ; puis, il nous amène à la voir avec ses yeux, selon la vérité de l’amour.
L’Église, emportée par la joie de la veillée pascale, en arrive à dire : « finalement, heureuse faute ! ». Non, la faute des hommes n’est pas heureuse, mais elle a permis de découvrir le cœur miséricordieux de notre Dieu et cela, oui, c’est heureux, c’est merveilleux. La création était l’œuvre de l’amour de Dieu pour nous. La rédemption est l’œuvre de la miséricorde, une nouvelle création, plus belle que la première.
Demandons de savoir vivre la beauté de l’amour, nous aurons sans doute l’occasion d’éprouver, d’exercer la merveille de la miséricorde.

Père Caude Rathelot, cpcr






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP