Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Diaconia 2013 : plus fraternelle, la vie !

« Personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager.
La fraternité n’est pas une option, c’est une nécessité. »

C’est par ces mots que commence le message final du rassemblement Diaconia 2013 « Servons la fraternité » qui a réuni 12 000 personnes à Lourdes, les 9, 10 et 11 mai derniers. 12 000 personnes, représentant des centaines de milliers de chrétiens engagés dans la lutte contre l’exclusion et la pauvreté. Parmi elles, étaient présentes 3 000 personnes en situation de précarité.


 

Pendant trois jours, les 81 participants du diocèse de Valence -dont notre évêque et 11 personnes de la paroisse saint Martin- ont participé à des
temps d’échange, de prière, de réflexion, de fête, pour rappeler que la fraternité n’est pas une affaire d’experts et qu’elle nous concerne tous. Nous avons rencontré des personnes de toutes origines et toutes conditions. La parole forte des personnes en situation de précarité nous dit aujourd’hui que ce rassemblement n’est qu’une étape dans cette démarche d’appel à la fraternité. _ Diaconia 2013 voulait montrer que chacun avait une place dans l’Église, et que la parole de tous, même celle des plus pauvres, avait de l’importance. C’était un pari : il a été gagné. La diaconie n’est pas seulement servir, mais c’est aussi savoir regarder les autres, savoir donner la parole aux sans-voix et savoir les écouter.

Puisons dans le message de clôture quelques lignes de conduite pour notre
vie paroissiale :
A la lecture de l’Evangile, à la suite du Christ serviteur, tous ont appris à
écouter la voix des pauvres de notre temps. Chacun a été entendu dans sa
singularité : ceux qui souffrent, malades, handicapés, personnes seules ou
abandonnées, sans domicile ou mal logées, chômeurs ou précaires, divorcés,
remariés ou non, salariés en souffrance ou menacés dans leur emploi, jeunes sans perspectives d’avenir, retraités à très faibles ressources, locataires menacés d’expulsion, tous ont pris la parole. Leurs mots, leurs colères sont aussi
dénonciation d’une société injuste qui ne reconnaît pas la place de chacun. Ils sont une provocation au changement. Il est temps de sortir de nos zones de confort. Comme le dit le Pape François, il est temps d’aller aux périphéries de l’Eglise et de la société.
Ensemble, osons le changement de regard sur les plus fragiles. Abandonnons un regard qui juge et humilie pour un regard qui libère. La proximité se construit chaque jour.
Ensemble, osons le changement d’attitude au sein des communautés chrétiennes pour que les pauvres y tiennent toute leur place.
Cette conversion passe notamment par un développement des collaborations
dans l’Eglise et en dehors.
Ensemble, osons le changement de politiques publiques, du local
à l’international. Que les décisions prises visent à prendre en compte la
situation des plus fragiles dans le respect, la justice et la dignité.
Ensemble, osons le changement dans nos modes de vie, pour respecter la création, pour conserver la priorité aux liens humains et préserver l’avenir des générations futures.
Le rassemblement Diaconia, voulu par l’Eglise de France, est une étape. Le temps de l’engagement se poursuit. Les participants appellent tous les baptisés et tous les hommes et femmes de bonne volonté qui se retrouvent dans les
valeurs de l’Evangile, à se mettre en route, ensemble, pour construire une société juste et fraternelle.
Une société où l’attention aux pauvres guide toutes nos actions.

Elisabeth Chatte et Nicole Peter






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP