Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Des frères persécutés vivent déjà l’unité en Christ.

Chrétiens d’Occident, nous avons fêté, dans la paix et la joie, la venue du Seigneur Jésus en notre monde. Cette situation confortable risque de nous faire oublier ou de banaliser la persécution que subissent nos frères dans la foi dans de nombreux pays. Ils n’ont pas fêté Noël dans la sérénité.


 

Récemment a été publié « le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde ». Ce livre décrit bien la souffrance de nombreux chrétiens dans des terres où pourtant ils sont enracinés depuis longtemps. Les événements du
Moyen et du Proche Orient focalisent, souvent à juste titre, notre attention sur l’Irak et la Syrie ; or la persécution s’étend à bien d’autres régions, que ce soit en Asie, en Afrique ou en Amérique latine. En Egypte, par exemple, nos frères coptes sont victimes de nombreuses manifestations d’intolérance ; malgré des déclarations officielles, ils ne sont pas considérés comme des citoyens de plein exercice, uniquement parce qu’ils sont chrétiens et minoritaires. Au Mexique, tout comme au Brésil, des chrétiens sont menacés en raison de leur engagement pour une plus grande justice sociale.
Actuellement 150 à 200 millions de chrétiens sont persécutés ; selon les pays, les formes de la persécution sont variées, du manque quotidien de respect jusqu’à la violence physique, et même la mort. Les raisons des persécutions sont diverses. Certains subissent des souffrances uniquement en raison de leur foi au Christ, d’autres sont maltraités pour des
raisons économiques ou culturelles qui ne justifient en aucune façon leur manque de liberté. En certains pays les chrétiens ne sont pas les seuls persécutés ; d’autres groupes religieux minoritaires subissent les mêmes affronts. Le fanatisme et l’intolérance sont la plupart du temps la seule motivation des persécuteurs.
Lorsque les chrétiens sont persécutés, ils le sont, quelle que soit leur confession ; catholiques, protestants, orthodoxes souffrent les mêmes avanies. Ils subissent alors ce que, dans une lettre aux chrétiens du Moyen-Orient, le Pape François appelle « l’oecuménisme du sang » : « les souffrances endurées par les fidèles des diverses Églises apportent une contribution inestimable à la cause de l’unité. C’est l’oecuménisme du sang, qui demande un abandon confiant à l’action de l’Esprit Saint ». La communion dans la souffrance au nom du même Seigneur est un appel qui nous est adressé particulièrement lors de la semaine de l’Unité (18-25 janvier). Des chrétiens de différentes confessions donnent un témoignage commun au mépris de leur vie. Cette réalité doit nous conduire une fois de plus à mieux éprouver le scandale de nos divisions : l’éphémère est mis en avant au détriment de l’essentiel.

Ces chrétiens qui souffrent, unis dans une même foi, constituent aussi une source d’espérance. Attachés à leur terre, malgré les difficultés, ils vivent au jour le jour un dialogue avec des croyants d’autres religions. Ils éduquent au respect dans la diversité. Ils vivent ce que les premiers chrétiens ont vécu si souvent : le sang des martyrs est une semence de foi.
Qui aurait pu imaginer que Saul, spectateur approuvant la lapidation d’Étienne, le premier martyr, (Ac 8,1) deviendrait quelques années plus tard, l’Apôtre Paul ? Les chrétiens souffrant pour leur foi nous invitent aussi à relire notre propre vie : ne majorons-nous pas souvent les difficultés que nous rencontrons ? Sommes-nous vraiment conscients que, chrétiens
d’Églises différentes, nous avons à rendre ensemble témoignage de « ce mystère ineffable de consolation » : « La grâce de Dieu, source de salut pour les hommes, s’est manifestée » en Jésus son enfant bien-aimé (Tt 2,11) ?
Lors de la semaine de l’unité, notre prière à l’intention de nos frères souffrants doit se faire plus fervente et s’appuyer sur les cris du
psalmiste confronté bien souvent à la persécution.

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP