Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


Carême : un temps pour se laisser aimer par Dieu

Le 17 février, mercredi des Cendres, nous entrerons en Carême, période qui nous mettra dans une relation privilégiée avec Dieu : relation à double sens...


 

Le 17 février, mercredi des Cendres, nous entrerons en Carême, période qui nous mettra dans une relation privilégiée avec Dieu : relation à double sens, faite d’écoute, de dialogue, d’interpellation, de doute, de communication, d’engagement, d’acte de confiance, de grâce ; relation qui se bâtit, se modifie, se poursuit ...
Au cours de ce Carême, nous allons rechercher la proximité avec Dieu, par l’ascèse, la prière, la relation à l’autre (car Dieu est présent chez l’autre ), par les choix que nous ferons, aidés par les lectures dominicales qui nous rediront que Dieu nous aide à résister à la tentation, qu’Il nous réconforte, qu’Il nous fait confiance, qu’Il nous aime d’un amour inconditionnel, que Son Royaume est déjà là.
Un Livret de Carême nous sera proposé pour nous accompagner dans ce temps particulier qu’est la montée vers Pâques. Une partie du livret est une aide à vivre le Carême à plusieurs, que ce soit en famille ou avec des amis ; une autre nous prépare à vivre la Journée du Pardon qui aura lieu le mercredi 3 mars à Chabeuil.
Cette Journée du Pardon est une nouveauté pour notre Paroisse saint Martin. Elle proposera différents temps, personnels et communautaires en différents lieux avec, bien sûr, la possibilité de recevoir le sacrement de la Réconciliation ... démarche très personnelle, qui, bien que difficile, reste une expérience qui bouleverse, comme en témoigne Anne 31 ans :

« Je suis toujours frappée que la confession demande un tel effort alors qu’elle produit une telle libération ! Je rentre en regardant mes pieds, pas fière de moi au fond...Certes, je ne ressors pas la tête haute, mais plutôt la tête libre. En fait, la confession, pour moi, c’est une expérience très profonde de libération. Il y a des jours où je me sens tellement empêtrée dans mes limites, entravée par mes faiblesses, que j’ai l’impression de ne plus pouvoir avancer.
Comme si j’étais un peu condamnée à retomber inlassablement dans les mêmes erreurs. C’est assez désespérant ! C’est dans ces jours-là que la confession est si précieuse. Tout à coup, au milieu de toute cette misère, le regard de Dieu surgit. Et ce n’est pas un regard qui me condamne, mais au contraire qui me relève. Non pas le regard du censeur qui dirait : :’’c’est mal ! Il n’y a rien à faire avec toi !" mais le regard d’un père qui dit : ‘‘tu es capable de tellement mieux... Allez, viens, je vais t’aider et tu vas y arriver". Et il n’y a rien à faire : à chaque fois, cette expérience me bouleverse. Quelle chance nous avons de pouvoir connaître déjà le regard de Dieu ! »


(extrait de La Vie, du 14 janvier, « Demander pardon à Dieu » )
Bernard Dugand

Pour nous aider dans la prière :
« Comme des voyageurs égarés dans un désert brûlant et sans eau,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme des naufragés sur une côte stérile,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme le père à qui on ravit un morceau de pain qu’il portait à ses enfants affamés,
nous crions vers toi.
Comme le prisonnier que le puissant injuste a jeté dans un cachot humide et ténébreux,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme l’esclave déchiré par le fouet du maître,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme l’innocent qu’on mène au supplice,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme toutes les nations de la terre, avant qu’ait lieu l’aurore de la délivrance,
nous crions vers toi, Seigneur.
Comme le Christ sur la croix, lorsqu’il dit :
« Mon Père, mon Père, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
nous crions vers toi, Seigneur.

(Lamennais, Paroles d’un croyant)






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP