Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence
Paroisse Saint Martin de la plaine de Valence


40 ans au service de la dignité humaine.

En 1974 deux femmes, membres de l’Eglise réformée, Edith du Tertre et
Hélène Engel ont une conviction : « il faut que les chrétiens réagissent à la torture en quelque lieu que ce soit, et qu’ils réagissent ensemble ». Aussi, d’emblée, imposent-elles à l’organisation qu’elles fondent un caractère oecuménique : « Action des chrétiens pour l’abolition de la torture ». Au nom de Jésus Christ, elles rêvent d’un monde sans torture. La prière est la clé de voûte de cette nouvelle association.


 

Cela demeure profondément vrai aujourd’hui, même si, au cours de ces 40 ans d’existence, comme tout corps vivant, l’ACAT a approfondi les intuitions qui ont présidé à sa fondation. Centrée tout d’abord sur la torture
au sens de « traitements cruels, inhumains ou dégradants », elle a élargi son mandat « à la peine capitale et aux exécutions extrajudiciaires, puis à la défense du droit d’asile ». Il s’agit toujours de défendre l’homme, la femme,
images de Dieu. Au cours de ces quatre décennies d’existence, l’ACAT a contribué à changer « la vie des victimes de la torture, celle des prisonniers, celle des militants, mais aussi celle des bourreaux ou encore celle des
institutions internationales »
. Elle a ainsi inscrit l’espérance du Royaume dans des faits concrets.
L’action de l’association repose soit sur des lettres individuelles, soit sur le travail de petits groupes, comme celui qui existe sur la plaine du Valentinois (Micheline Mazet 04 75 59 74 95). Par ces interventions il s’agit « d’obtenir des changements concrets et durables des pratiques administratives et judiciaires et des évolutions dans l’ordre politique » qui ne respecte pas la dignité humaine. Chaque chrétien devrait se sentir concerné par l’ACAT et y participer en fonction du temps dont il dispose. Le minimum serait de répondre à « l’appel du mois » lancé régulièrement. Une fiche concernant l’appel mensuel est distribuée dans les églises et temples de la plaine
du Valentinois. Cet appel permet une intervention en faveur d’un frère souffrant. On peut aussi rejoindre le groupe de la plaine de Valence, et participer ainsi à différentes activités proposées par l’ACAT.
« En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » dit Jésus (Mt 25,40). Cela est encore plus urgent quand l’humanité de nos frères est bafouée, méprisée.

Père Jean-Pierre Lémonon






  Mentions légales   Contact   Intranet   Administration        Suivre la vie du site    SPIP